pasteque.io - cabinet recrutement - tech product data sales - entretien

Comment rompre l’effet interrogatoire d’entretien ?

L’entretien est une machine qui semble bien rodée. Entre les tenues, les attitudes et les dialogues, rien ne dérape et chacun joue son rôle. Le recruteur pose des questions pour connaître au mieux le candidat, tandis que le travail du candidat est d’y répondre. Cependant, si vous vous conformez trop à ce mode de fonctionnement binaire, vous finissez par négliger votre potentiel, et parfois même par passer à côté du poste en question. Alors comment casser le mode interrogatoire de l’entretien pour mettre toutes les chances de votre côté ? Voici quelques conseils pour y remédier.

Pourquoi le mode interrogatoire n’est pas efficace ?

Sans surprise, répondre aux questions posées par un recruteur est la base de tout entretien. Cependant, lorsqu’un candidat se contente de répondre sans entrer dans les détails ni donner suite, il est difficile pour la personne chargée de vous embaucher d’apprendre à vous connaître ou de percevoir l’intérêt que vous portez à l’entreprise. Ce mode de communication peut être subi – en raison d’un trop grand stress et d’un rapport de force déséquilibré entre le candidat et le recruteur. Ou choisi comme une approche stratégique, mais il est loin d’être optimal, car il vous rabaisse d’emblée. Le recruteur peut interpréter cette attitude comme un manque d’ouverture de votre part et peut alors passer à côté de votre potentiel. L’interaction avec un recruteur est nécessaire pour que ce dernier affirme votre valeur ajoutée. Aussi, cette assurance doit être ressentie au moment de l’entretien afin que le recruteur puisse vous projeter dans le poste en question. D’autant plus si le poste implique des responsabilités. Un candidat trop passif risque d’être jugé trop malléable pour le poste… Même s’il a toutes les capacités pour le faire.

À l’inverse, une discussion donne l’impression d’une égalité des postures. Il ne s’agit pas de se soumettre au jeu de l’entretien, mais d’alimenter un échange collaboratif. Et ce dernier point est intéressant dans la mesure où devenir salarié dans une entreprise renvoie à la nécessité de collaborer avec les autres. La fluidité de l’échange va donc mettre le candidat en position de force, mais aussi attirer l’attention du recruteur qui verra en lui un élément motivé et digne d’intérêt. Alors comment reprendre le contrôle de l’entretien si vous avez du mal à sortir du mode « questions-réponses » ?

5 conseils pour inverser la tendance

Pour casser le mode interrogatoire de l’entretien, il ne suffit pas de relancer le recruteur à chaque question posée, mais plutôt de transformer l’attitude que vous renvoyez à votre interlocuteur.

1. Changez votre perception

Pour sortir de cette posture passive, vous devez d’abord changer votre façon de voir l’entretien. En effet, ce cadre particulier s’accompagne souvent de tout un imaginaire négatif qui nous envahit dès que le jour J approche. Et bien souvent, c’est cette perception déformée qui empêche la construction d’un entretien. Nous voyons trop souvent l’entretien d’embauche comme un moment où nous allons être jugés, scrutés. Alors regardez-le différemment ! Bien sûr, il y a des enjeux, mais cela n’empêche pas qu’il s’agisse d’une rencontre. Et toute rencontre au sein du monde professionnel est toujours bonne pour l’enrichissement personnel.

2. Se préparer… mais rester spontané

Une erreur fréquente avant un entretien est de sur-préparer la forme en négligeant le fond. C’est notamment le cas lorsque vous anticipez les questions afin d’avoir des réponses toutes faites en tête lorsque le recruteur les pose. Mais ce schéma empêche toute spontanéité et vous restez bloqué dans vos pensées sans en sortir. Il est important d’être préparé pour montrer votre intérêt pour le poste, mais n’oubliez pas de sortir des sentiers battus et d’improviser pour garder une certaine authenticité. Au lieu de répéter votre texte en boucle, faites vos recherches au préalable et renseignez-vous sur l’entreprise et la vie en entreprise. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, et notamment LinkedIn, il est possible de récolter des informations qui seront utiles au dialogue et ainsi impliquer davantage votre interlocuteur. Cette étape est d’autant plus efficace qu’elle vous permet de mieux comprendre le poste, l’entreprise et ses enjeux.

3. Ne pas y être soumis

La clé pour sortir de cette forme de communication est de ne pas subir le cadre de l’entretien. Vous êtes peut-être un candidat, mais vous n’êtes pas une marionnette ! L’entretien est avant tout un échange, vous pouvez donc, vous aussi, poser des questions sur l’entreprise, le poste, l’organisation de l’équipe, etc. Non seulement cela permet d’équilibrer les rôles, mais cette étape est cruciale dans votre réflexion. Postuler ne signifie pas que vous allez accepter le poste au final, vous êtes aussi maître de votre décision. Alors avant toute chose, profitez-en pour récolter des informations afin de mieux comprendre les enjeux de l’environnement qui vous attend.

4. Défiez le recruteur en lui posant des questions

Mettez-vous à la place du recruteur qui voit les candidats aller et venir, en répétant toujours les mêmes questions sur le poste. Si le recruteur n’est jamais mis au défi, il lui sera difficile de faire la différence. Transformer l’interrogatoire en échange permet non seulement de passer un moment plus agréable, mais aussi de se démarquer des autres avant soi. Alors plutôt que d’endurer le monologue, intéressez-vous à son rôle au sein de l’entreprise pour valoriser sa position, mais aussi pour en savoir plus sur l’organisation de l’entreprise, posez-lui des questions sur la stratégie de l’entreprise : qu’ont-ils déjà mis en place ? Qu’est-ce qui a marché ? Qu’est-ce qui a échoué ? Qu’attendent-ils exactement de vous ? Cela correspond-il à vos compétences ?

5. Restez concentré

Attention toutefois à ne pas être trop à l’aise, car partager ne signifie pas forcément plus de légèreté. Plutôt que d’essayer de casser le mode interrogatoire en étant familier, restez sur vos gardes en étant concentré jusqu’à la sortie. Parfois, les recruteurs complimentent votre profil ou votre CV, mais cela ne signifie pas que vous êtes en terrain conquis. En d’autres termes, il ne faut ni trop souffrir en étant passif, ni dévaloriser le recruteur par un excès de confiance. Tout est question d’équilibre !

 

Le mot de la fin by pasteque.io 🍉

Enfin, casser le mode interrogatoire, c’est avant tout abandonner cette image qui ne vous ressemble pas du tout. Privilégiez donc la discussion, vous n’en paraitrez que plus intéressant !

Share This