Sélectionner une page

Quel cloud choisir pour son entreprise ?

94 % des 786 professionnels interrogés ont déclaré que leur entreprise utilisait le cloud, selon l’étude annuelle publiée par Flexera, le gestionnaire d’actifs informatiques.

Le défi n’est donc plus de savoir si le cloud est une bonne solution, mais plutôt quel cloud choisir pour le développement de l’entreprise. Voici comment procéder.

 

IaaS, SaaS et PaaS : Quel modèle de cloud choisir ?

Dans quelle mesure et dans quelles proportions envisagez-vous d’externaliser votre système d’information ? C’est la première question à se poser quand on veut s’orienter vers une solution de cloud computing pour la croissance de son entreprise. Trois grands modèles de cloud s’offrent à vous.

 

IaaS : Dématérialisation de l’infrastructure

Infrastructure-as-a-Service (IaaS) est le premier niveau d’externalisation du cloud. Il permet la dématérialisation complète de l’infrastructure matérielle en confiant sa gestion à un prestataire de services externe qui se charge ensuite d’installer les serveurs de fichiers, les réseaux et le stockage des données. Cependant, votre entreprise reste maître de la gestion des applications, des données et du système d’exploitation.

Cette solution élimine les dépenses d’investissement liées à l’achat de matériel physique tout en bénéficiant d’une technologie performante et sécurisée. Il est donc intéressant pour les entreprises qui ont besoin de flexibilité et de réactivité sur leur infrastructure de déployer rapidement des machines virtuelles.

 

PaaS : Externalisation de la gestion des applications

Platform as a service (PaaS) est le deuxième niveau d’externalisation du cloud. Certaines entreprises souhaitent externaliser leur environnement de développement pour gagner en flexibilité et en réactivité. Dans ce cas, l’entreprise n’a pas à se soucier de l’installation des serveurs, des systèmes d’exploitation, de l’environnement de programmation ou du système de gestion des bases de données.

Tout cela est livré clé en main par le fournisseur PaaS, qui se charge également du logiciel du serveur, du support, du stockage, de l’accès au réseau, des outils de conception et de développement, et de l’hébergement.

Les développeurs de l’entreprise n’ont alors plus qu’à créer des applications commerciales personnalisées, et à les tester ou simplement les faire tester par les différents collaborateurs, puisqu’elles sont par essence facilement accessibles.

Certains fournisseurs de PaaS se distinguent en proposant des fonctionnalités supplémentaires plus spécifiques, c’est pourquoi toutes les offres doivent être étudiées au cas par cas.

 

SaaS : Une solution complète

Enfin, le troisième et dernier niveau du cloud : Software as a Service (SaaS). L’entreprise choisit alors une solution entièrement hébergée dans le Cloud. Dans ce cas, elle n’a pas à se soucier de l’installation ou de la maintenance de ses logiciels.

En fait, le logiciel n’appartient pas à l’entreprise, mais celle-ci paie un abonnement qui lui permet d’utiliser les fonctionnalités qu’elle a choisies. Le fournisseur SaaS gère donc l’ensemble de la chaîne, et l’entreprise utilise simplement la solution comme un service auquel elle a souscrit.

Ce prix, généralement sous la forme d’un abonnement périodique, permet de fixer un budget annuel pour cette utilisation.

De nombreuses solutions SaaS peuvent être interfacées avec d’autres solutions SaaS ou parfois hébergées au sein de l’entreprise. Le choix des meilleures solutions SaaS pour les adapter aux besoins spécifiques d’une entreprise ne s’improvise pas.

Choisissez d’être accompagné par des prestataires de services qui sont en mesure d’étudier avec vous ce que vous pouvez ou devez prendre en SaaS, et comment discuter de ces solutions avec vos autres outils informatiques.

 

Privé, public ou hybride : quel type de cloud choisir ?

Bien qu’il existe encore d’autres modèles de Cloud (DRaaS, DaaS, BPaaS…), qui concernent en fait les usages, il est également nécessaire de distinguer différents types de Cloud. Nous distinguons 3 types :

 

Le cloud public : Les centres de données partagés

Le cloud public, ou cloud industriel, offre des solutions accessibles avec un simple terminal connecté à l’internet. Toutefois, ces données sont cloisonnées en instances individuelles pour garantir la sécurité et la confidentialité.

Pour simplifier, il suffit d’y accéder avec votre carte de crédit, de lancer votre abonnement et de commencer à utiliser les solutions IaaS, PaaS ou SaaS hébergées dans les centres de données industriels des fournisseurs du cloud public. La principale caractéristique de ces solutions est qu’elles sont « multi-tenant » (ou multi-entité). Cela signifie que tous les clients utilisent la même version du service logiciel, même si elle peut avoir été plus ou moins adaptée aux besoins de chaque entreprise cliente dans son cas.

Le cloud public est une solution qui présente de nombreux avantages, à commencer par la rapidité d’accès au service. C’est aussi une solution évolutive, avec la possibilité de s’adapter très rapidement aux besoins de l’utilisateur. Elle est donc particulièrement appréciée des entreprises qui ont besoin de flexibilité et de réactivité, quelle que soit leur taille ou leur secteur d’activité, car elles ne paient que pour la ressource qui a été effectivement utilisée.

 

Le cloud privé : Espace de stockage dédié

Alors que le Cloud public exploite à l’extrême le principe de mutualisation, le Cloud privé reprend les avantages de la flexibilité et de la réactivité, mais en ne mettant en commun les ressources que pour les besoins d’une seule entreprise. Il est également connu sous le nom de « Dedicated Cloud » (cloud dédié).

Fondamentalement, un espace physique de ressources (serveurs, RAM, disques, etc.) est réservé à une seule entité cliente. C’est ce qu’on appelle un mono-locataire. Ces serveurs peuvent ensuite être installés soit dans les locaux de l’entreprise, soit dans un centre de données professionnel. Dans le premier cas, nous parlerons de Cloud privé interne, et de Cloud privé externe, lorsque votre solution est hébergée par un fournisseur de Cloud.

Le cloud privé vous permet de bénéficier des mêmes avantages d’évolutivité, de flexibilité et de mutualisation des ressources, dans les limites de l’architecture physique que vous avez définie et qui vous est réservée. Vous payez donc pour cette ressource, que vous l’utilisiez pleinement ou non.

 

Le cloud hybride

Le cloud hybride est la combinaison de solutions de cloud publics et privés. C’est une solution qui mélange les deux solutions en fonction de leur emplacement, de leur sensibilité et/ou de leur degré de personnalisation.

Alors que le cloud public est toujours la solution la plus utilisée aujourd’hui, l’étude d’IT Flexera souligne l’intérêt croissant des professionnels pour le cloud hybride. 84% des entreprises interrogées adoptent cette stratégie multi-cloud et la tendance est clairement à son développement (+51% en 2018 et +58% en 2019). À l’inverse, l’utilisation de plusieurs cloud publics ou de plusieurs cloud privés est en légère baisse.

 
Le mot de la fin by pasteque.io 🍉

Le choix du modèle et du type de cloud est crucial pour votre entreprise. Il doit vous permettre d’optimiser votre budget IT, de sécuriser votre patrimoine informationnel et de bénéficier de ressources techniques et technologiques performantes sur lesquelles fonder votre croissance !

Share This