Sélectionner une page
entretien - pasteque.io

La check-list indispensable pour réussir un entretien d’embauche

Vous avez postulé à une offre d’emploi, ou spontanément à une entreprise qui vous fait rêver et – bonne nouvelle ! – votre candidature a été retenue ? Tout d’abord, félicitations ! Votre CV et votre lettre de motivation ont fait mouche et vous avez fait une bonne première impression à votre futur employeur potentiel. Vous avez déjà mis un pied dans l’entreprise et il est maintenant temps d’y mettre le second. Prochaine étape : l’entretien d’embauche – sans doute virtuel en cette période de crise sanitaire – avec un recruteur. Alors comment aborder ce moment crucial ? Nous détaillons les points essentiels, de la préparation à l’après entretien, comme une liste de courses, pour ne rien oublier.

 

1. Se préparer avant l’entretien

Réussir son entretien sans l’avoir préparé, c’est un peu comme l’histoire du lycéen qui a eu 20 en philo en  » fonçant  » : ce n’est pas de l’audace, c’est juste une légende urbaine ! Se renseigner sur l’entreprise est essentiel. N’hésitez donc pas à imprimer la description du poste et à l’annoter. Pour être bien préparé, vous devez :

  • Avoir une bonne connaissance du produit ou du service de l’entreprise. Vous pouvez par exemple : tester son application mobile, vous inscrire sur son site internet ou vous abonner à sa newsletter.
  • Connaître les avantages comparatifs de l’entreprise. Est-elle leader sur son marché ? Est-elle au contraire un nouvel acteur ? Et si oui, comment pourrez-vous contribuer à la faire monter en grade ?
  • Observez la stratégie de communication de votre entreprise. A-t-elle une visibilité sur les réseaux sociaux ? Avez-vous entendu parler d’elle dans les médias spécialisés ? C’est un bon moyen de se familiariser avec les valeurs de l’entreprise, l’image qu’elle véhicule et ce que vous en percevez. Vous pourrez ainsi dire à votre recruteur comment vous avez découvert l’entreprise. Il est toujours bon pour une entreprise de s’assurer que sa communication est bonne.
  • Identifiez les missions pertinentes pour le poste que vous visez et trouvez, pour chacune d’elles, un argument correspondant aux qualités, aux compétences dont vous êtes doté. Il est essentiel de faire comprendre à votre interlocuteur que votre parcours a été conçu pour ce poste en mettant en avant vos expériences en lien avec les missions proposées.
  • Contactez les salariés (actuels ou anciens) pour poser vos questions sur la culture de l’entreprise. Attention toutefois, nous vous conseillons de contacter une personne ayant un profil similaire au vôtre. Contacter la bonne personne via le bon média est un art délicat.

 

2. Finaliser les détails pratiques, quelques heures avant

Cette phase est importante, car elle concerne tous ces petits détails pratiques qui peuvent vous stresser si vous les négligez. Qui ne s’est jamais retrouvé devant la porte d’un bâtiment sans connaître le code d’entrée et sans aucun moyen de joindre le recruteur ? Qui ne s’est jamais assis en face de l’interviewer sans connaître son nom ? D’où l’importance de trouver les bonnes informations et de « traquer ». Rassurez-vous, la méthode pour se renseigner sur une personne avant un entretien est similaire à celle utilisée pour espionner son ex sur les réseaux sociaux. Voici les principales étapes :

  • Identifiez votre interlocuteur. Cela semble évident, mais il est essentiel de savoir à qui vous parlez avant de commencer un entretien. Saisissez le nom de votre recruteur dans votre moteur de recherche et consultez son profil LinkedIn. Vous connaîtrez à l’avance le parcours du recruteur, sa formation et les différentes entreprises pour lesquelles il a travaillé. Vous pourriez même découvrir que vous avez quelque chose en commun qui fonctionnera pendant votre entretien. Peut-être avez-vous fréquenté la même école ? Vous avez grandi dans la même région ? Ou êtes-vous tous deux membres d’un club de Scrabble ? Pendant l’entretien, évoquer ce point peut créer une bonne alchimie qui jouera en votre faveur.
  • Regardez les CV ou les profils LinkedIn des personnes qui occupent le poste pour lequel vous postulez dans l’entreprise (ou dans un secteur similaire). Cela vous permettra de donner plus de poids à l’expérience passée et à la formation que vous identifiez comme pertinente pour le poste.
  • Repérez le lieu de l’entretien. Planifiez l’itinéraire et regardez le plan d’accès (et le code, n’oubliez pas le code !) Prévoyez aussi un peu d’avance, on n’est jamais à l’abri d’un danger, d’une manifestation ou d’une panne de train.
  • Prenez un carnet et un stylo avec vous.

 

3. Pendant l’entretien

Vous avez maintenant trouvé le point de rendez-vous – la grande enseigne de l’entreprise sur le bâtiment aide – ou vous êtes simplement connecté à cette liaison zoom : dans les deux cas, vous attendez maintenant l’arrivée du recruteur. Celui-ci se présente, c’est à vous de jouer :

  • Notez mentalement  » EPS  » dans un coin de votre tête pour Écoute, Posture et Sourire. « J’ai besoin de voir que la personne en face de moi est vivante, souriante, et qu’elle a envie d’être là, explique un fondateur de startup parisien. Une personne qui ne se tient pas droite ou qui est avachie est éliminatoire. » Par ailleurs, la posture et le langage corporel de votre interlocuteur vous donneront, à vous aussi, l’occasion de décrypter le cheminement de sa pensée. Si vous voulez en savoir plus, sachez qu’une science s’intéresse au sujet : la synergologie.
  • Prenez des notes ! Cela vous donnera des pistes pour poser des questions à la fin de l’entretien. De plus, cela envoie un signal fort à votre interlocuteur : vous êtes attentif à ce qu’il dit, savez faire preuve d’esprit critique et de curiosité. Votre investissement et votre intérêt pour le poste à pourvoir ne sont alors plus à remettre en question.
  • Questionnez le recruteur en fonction de votre échange et de vos connaissances sur l’entreprise. Par exemple, vous pouvez le sonder sur les valeurs de l’entreprise, ses objectifs annuels, les principales missions liées au poste à pourvoir ou encore le nombre de salariés avec lesquels il sera amené à travailler.
  • Soyez clair avec votre interlocuteur sur les prochaines étapes. Ne quittez pas la réunion sur un  » à bientôt  » approximatif. Apprenez à connaître le reste du processus de recrutement. Il peut vous être demandé de réaliser une étude de cas dans un délai donné ou de vous rendre disponible pour un second entretien avec un responsable de l’entreprise qui souhaite vous rencontrer.

 

4. Après l’entretien

Prenez le temps de souffler. Vous venez de faire un récit d’une demi-heure de votre vie à un inconnu virtuel, l’exercice peut donc être éreintant. Mais ne vous arrêtez pas là :

  • Envoyez un e-mail de remerciement pour le temps que vous avez passé avec lui et faites une courte auto-synthèse de l’entretien. Laissez passer deux ou trois jours avant de vous lancer ; cela montrera que vous ne voulez pas être oublié et que vous avez pris le temps nécessaire pour prendre du recul. Réaffirmez votre intérêt pour le poste et laissez la porte ouverte à une discussion ultérieure. N’oubliez pas que l’e-mail de remerciement est aussi une excellente occasion de rectifier un point que vous avez peut-être négligé ou oublié pendant l’entretien.
  • Si le recruteur vous demande de remettre  » un retour « , notez la date d’échéance et conservez soigneusement vos notes d’entretien.

 

5. Les erreurs les plus courantes à ne pas faire

Si vous avez suivi ces quelques conseils, vous devriez avoir quelques points en poche. En revanche, voici quelques attitudes qui heurtent la sensibilité des recruteurs :

  • Venir habiller n’importe comment. Même dans une start-up, il est important, surtout pour certains emplois en contact avec la clientèle, d’être correctement habillé et propre. Et dans tous les cas, tant que vous ne connaissez pas encore l’entreprise, évitez de prendre trop de risques !
  • Dire que vous avez « tout fait », « tout vu » ou vous lancer dans un grand monologue. Cela peut agacer votre interlocuteur, surtout si vous êtes au tout début de votre carrière professionnelle. Faites preuve d’humilité dans la démonstration de vos qualités.
  • S’éparpiller. Un cofondateur d’une startup, insiste sur ce point « Lors du premier entretien, j’ai souvent vu des candidats me dire qu’ils n’étaient pas « fixés » sur un poste précis, certainement pour maximiser leurs chances de correspondre à un poste ouvert dans l’entreprise. Mais ce n’est pas forcément bien perçu. En tant que recruteur, vous recherchez des personnes qui savent ce qu’elles veulent faire, pourquoi elles veulent le faire et qui ont une bonne idée de ce qu’elles aimeraient accomplir dans les mois et les années à venir. Il est préférable d’être confiant ! »
  • Parler du salaire un peu trop tôt. La question du salaire est essentielle. Mais ne laissez pas à votre recruteur l’impression que c’est la seule chose qui vous intéresse. Résistez donc à l’envie d’aborder le sujet dès votre première question, le moment viendra où il sera abordé.
  • Parler un peu trop ou faire trop de digressions sans rapport avec le travail : détailler votre parcours professionnel, vos études, vos hobbies, vos ambitions, c’est bien, mais ne monopolisez pas non plus la parole, l’entretien est un moment d’échange, gardez ce fil conducteur.

Le mot de la fin by pasteque.io 🍉

Vous devez également vous intéresser à la personne que vous avez en face de vous et à l’entreprise que vous visez, sinon, comment être sûr que vous pourriez vous y épanouir ?

Share This