cabinet - recrutement - digital - tech - démission

6 conseils pour annoncer sa démission

« Aimez-vous les uns les autres comme vous vous quittez. Même les plus belles histoires ont une fin. Vous vous demandez comment annoncer votre démission à votre patron parce que vous avez peur de lui briser le cœur ? Il n’est pas toujours facile de partir sans avoir l’impression que vous devrez en payer le prix d’une manière ou d’une autre. Mais cette crainte est-elle justifiée ? Démissionner est un droit légitime qui, utilisé à bon escient, ne devrait avoir aucun impact négatif sur vos relations ou votre carrière.

Annoncer sa démission en 6 points-clés

Avant de vous livrer tous nos secrets sur l’art de la démission, commençons par clarifier un point crucial : pourquoi est-il si important de savoir comment quitter son entreprise correctement ? Après tout, ne pourriez-vous pas simplement laisser un petit mot d’adieu sur le réfrigérateur de la salle de repos et partir, sans jamais revenir ? Eh bien, non.

Il est essentiel de rester professionnel jusqu’à la fin pour de nombreuses raisons. D’abord, parce qu’entre le moment où vous donnez votre préavis de démission et le jour de votre départ, il peut s’écouler entre 1 et 3 mois pendant lesquels vous continuerez à venir au bureau. Faites donc en sorte que cette dernière ligne droite soit aussi désagréable que possible pour vous, car votre patron peut vous rendre la vie difficile de bien des manières s’il le souhaite.

Autre raison de soigner votre démission : votre avenir professionnel. Nous vivons dans une époque où le réseau est très important. Partir en bonne forme permet de se créer d’éventuelles opportunités futures. C’est une façon d’entretenir un réseau professionnel. Partir sur une bonne note permet donc de laisser un bon souvenir dans l’esprit de votre patron et de vos collègues ; c’est le meilleur moyen d’être félicité pour votre travail.

Annoncer une démission, c’est un peu comme une rupture : pour conserver une bonne relation avec votre employeur et de bons souvenirs de votre travail, vous devez le faire correctement. Alors oubliez le SMS de démission, la bombe lâchée nonchalamment entre le fromage et le dessert ou le « tu es trop bien pour moi… » et suivez quelques règles de base pour mettre fin à votre contrat. Et n’oublions pas le côté humain. Traiter ses relations avec respect, quel que soit le contexte, est une façon de faire preuve d’empathie et de savoir-vivre.

1. Choisissez le bon moyen d’annoncer votre démission

Annoncer sa démission par courrier recommandé, c’est comme déposer un carton d’effets personnels de son conjoint à la porte de l’appartement : le message est clair, mais il manque un peu de chaleur humaine. Faites donc la distinction entre les obligations légales et les moyens plus informels de faire bonne impression lorsque vous annoncez votre démission.

Pour bien faire, prenez rendez-vous avec votre n+1 et prévoyez un créneau horaire suffisamment long pour discuter de votre décision. Les réunions avec votre n+2, n+3 et/ou les RH suivront naturellement. Et si vous redoutez ce moment, pourquoi ne pas le « répéter » avec un ami ? Vous arriverez plus serein et confiant.

2. Expliquez votre choix, sans vous justifier

Démissionner est un droit offert aux salariés, vous n’êtes donc pas légalement tenu de justifier votre décision.

Cependant, respecter cette loi à la lettre n’est pas toujours la manière la plus efficace de mettre fin à votre aventure dans une entreprise. Il est préférable d’en parler à vos supérieurs, qui peuvent être surpris par votre départ et attendent donc des explications. Il est toujours intéressant d’expliquer son départ à son patron ou à son n+1, d’autant que très souvent les raisons de démissionner sont purement personnelles : offre d’emploi intéressante, reprise d’une activité familiale, reconversion professionnelle, etc.

Sans forcément entrer dans les détails, balayez les malentendus et montrez à votre n+1 que votre décision est cohérente avec vos envies personnelles ou professionnelles. Même s’il n’est pas heureux de vous voir quitter l’entreprise, l’aider à comprendre votre choix améliorera votre relation.

3. Soyez aussi honnête que possible

Votre mère ne vous a-t-elle jamais dit de dire la vérité et rien que la vérité ? Votre nez ne poussera pas, mais vous pourriez regretter d’avoir menti à votre futur ex-boss. Dans le monde professionnel, tout se sait. N’allez pas dire aux gens que votre père est tombé malade ou que vous avez été enrôlé de force par la C.I.A. alors que vous avez simplement accepté un meilleur poste chez la concurrence. Votre entreprise l’apprendrait de toute façon et cela pourrait nuire à votre réputation.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la relation employé-entrepreneur est avant tout une relation d’humain à humain. C’est la même chose que lorsqu’on quitte un partenaire : il faut l’expliquer le plus sincèrement possible. Le « je te quitte » devient un geste symbolique qui permet de fermer une page de notre histoire commune. Il vaut mieux ne pas l’entacher de mensonges.

Bien sûr, il vaut mieux y aller avec une pincée de sel lorsque l’affaire est personnelle. Si vous ne supportez pas les méthodes de travail de votre manager, mentionnez le fait que vous avez une vision différente de la sienne, sans attaquer directement sa façon d’être. Les compétences comportementales de l’entreprise s’appliquent aussi à la démission !

4. Limitez les critiques

Votre entreprise offre-t-elle des salaires ridicules ou votre patron est-il un idiot ? Même si la tentation est grande de déballer votre sac en partant, essayez de modérer vos propos.

La critique est un jeu dangereux qui peut se retourner contre vous. N’oubliez pas que votre ex-employeur pourrait être contacté par votre future entreprise pour des recommandations. D’un autre côté, si la démission est liée à une partie plus structurelle ou organisationnelle de l’entreprise, la critique peut être bénéfique pour l’entreprise. Elle permet à l’entreprise d’avoir un retour afin d’améliorer son fonctionnement. N’hésitez donc pas à exprimer ce qui vous a conduit à annoncer votre démission si cela peut aider l’entreprise à s’améliorer et qu’elle est prête à l’entendre, sinon contenez-vous et veillez à maintenir une relation cordiale jusqu’au bout.

5. Convenez des « formalités »

Après avoir annoncé la nouvelle à votre responsable, revenez le voir pour discuter de la suite des événements : combien de semaines ou de mois dure votre préavis, est-il négociable, devez-vous remettre vos dossiers ou participer au recrutement d’un remplaçant, etc. Veillez à ce que votre départ ne mette pas votre future ex-entreprise en difficulté.

Il est dans votre intérêt à tous les deux que vos dernières semaines se passent bien. Montrez-lui que vous êtes prêt à préparer la transition de manière professionnelle. Et qui sait, peut-être que la fête d’adieu en votre honneur sera à la hauteur des efforts que vous avez faits pour accompagner votre entreprise dans ce changement.

6. Annoncez votre départ… au bon moment

Vous avez annoncé votre démission à votre manager et vous êtes impatient de l’annoncer à tout le monde ? Arrêtez-vous là ! Une fois encore, il est judicieux de se mettre d’accord avec votre manager : il peut préférer ne pas partager la nouvelle tout de suite, attendre un événement précis ou l’annoncer à ses équipes et aux autres employés.

Dans tous les cas, ne soyez pas trop pressé d’en parler autour de vous, cela pourrait faire mauvaise impression. Si vous attendez un peu, votre employeur pourrait même revenir vers vous pour vous proposer un poste ou une augmentation que vous ne pourrez pas refuser. Il est préférable d’attendre d’avoir toutes les informations clés avant de commencer à en parler. Les zones d’ombre peuvent créer de la peur et de l’anxiété dans le reste de l’équipe. Il est donc important de connaître certaines choses comme le délai, la manière dont ce départ sera organisé, qui prendra le relais, etc.

Toutefois, il ne faut pas faire durer le suspense trop longtemps. Le risque d’attendre trop longtemps est que l’information fuite et que les collègues l’apprennent par quelqu’un d’autre, ce qui peut être mal perçu. N’hésitez pas à en parler à vos collègues les plus proches et demandez-leur d’être discrets, sinon ils pourraient être blessés de l’apprendre en même temps que le reste de l’équipe.

Que se passe-t-il ensuite : reste-t-on amis ?

Pour conserver de bonnes relations avec vos anciens collègues, il faut commencer par rester professionnel jusqu’au bout ! Faites un bon passage de relais, transmettez vos dossiers ou formez sérieusement votre remplaçant, vos collègues vous en remercieront. Faire preuve d’engagement pendant votre préavis peut faire la différence et laisser une bonne impression.

Et surtout, prenez le temps de vous dire au revoir. N’oubliez pas le fameux e-mail collectif… mais surtout, prenez le temps d’envoyer un message personnalisé aux personnes qui vous sont proches ainsi qu’à celles qui vous ont aidé dans votre parcours. Exprimez votre gratitude. Et n’oubliez pas de partager votre adresse électronique personnelle pour garder le contact !

 

Le mot de la fin by pasteque.io 🍉

C’est à vous d’écrire les dernières pages de votre aventure professionnelle. Et n’oubliez pas que vous n’avez qu’une seule chance de faire une bonne dernière impression dans votre travail.

Share This